+

Marina GALETTI

Chercheuse en langue et littérature française à l’Universitàde glistudi, à Rome, elle est spécialiste de la littérature française de l’entre-deux guerres.Cahier Bataille n°1, octobre 2011
« Définition de l’hétérologie », Georges Bataille, p. 229-236
Cahier Bataille n°3, novembre 2016
« Georges Bataille – Lettres à Joseph Roche », p. 229-233

+

Flore GARCIN-MARROU

Auteure d’une thèse sur Gilles Deleuze et Félix Guattari, elle consacre ses travaux à l’étude du lien entre le théâtre et la philosophie française contemporaine. Elle a enseigné les études théâtrales dans les Universités de Lille et de Toulouse. Elle a créé un laboratoire, le LAPS, dédié à l’étude et à l’expérimentation de cette relation. Elle travaille, par ailleurs, à l’édition d’une dizaine de pièces de théâtre inédites, écrites par Félix Guattari entre 1979 et 1990.Cahier Artaud n°1, octobre 2013
« Artaud et Deleuze : un désamour commun pour le théâtre ? », p. 126-136

+

Typhaine GARNIER

Elle travaille à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC). Elle a publié des textes dans les revues Grumeaux, larevue, Place de la Sorbonne.Cahier Bataille n°3, novembre 2016
« Scènes du puits », p. 201-213

+

Joëlle GAYOT

Journaliste et spécialiste de théâtre, elle propage sa passion pour le spectacle vivant de toutes les façons possibles : sur France Culture, via la production d’un magazine hebdomadaire (« Changement de décor ») et la participation comme critique à l’émission « La Dispute », dans la presse écrite, où elle tient la rubrique théâtrale de l’hebdomadaire la Vie, intervient dans la revue Ubu et collabore ponctuellement à Télérama.Cahiers Artaud n°1 , octobre 2013
« Il n’y a pas de preuves d’Artaud, il n’y a que des traces », p. 114-123

+

Pascal GIBOURG

Écrivain et critique, son écriture oscille entre un pôle fictionnel et un pôle théorique, sans que la frontière qui les sépare soit toujours bien nette. L’écriture est au centre de ses préoccupations, en tant que lieu et manifestation d’une expérience originaire. Le temps est l’un de ses objets de méditation privilégiés, ainsi que le motif de la perte et du recommencement. Cahiers Artaud n°1 , octobre 2013
« Un corps greffé sur rien », p. 58-64

+

Mathilde GIRARD

Psychanalyste, membre du comité de rédac¬tion de la revue Lignes, elle contribue régu¬lièrement à d'autres revues (Penser/rêver, Multitudes, Vertigo). Cahiers Artaud n°2 , mars 2015
« Deux – Plan foudre », p. 115-128

+

Lucile GOBET

Chercheuse indépendante. Cahiers Leiris n°3 , mai 2012
« Leiris main à plume », p. 73-87