+

Stéphane NADAUD

Pédopsychiatre, praticien hospitalier, philosophe, chargé de conférence à l’EHESS et ancien rédacteur en chef de la revue Chimères. Ses axes de recherches sont les processus (capitalistiques) de productions de subjectivité, l’arpentage linguistique et géosophique du Japon.Cahiers Artaud n°1, octobre 2013
« Artaud/Kerouac. Vade-me(te)cum mexicain sous Peyotl », p. 86-96

+

Jean-Luc NANCY

Philosophe français.Cahiers Artaud n°1, octobre 2013
« Comparutions d’Antonin Artaud », p. 10-19
« Corps sans or... », p. 39

+

NATHANAËL

Auteure d’une vingtaine de livres écrits en anglais ou en français, elle a traduit les œuvres d’Édouard Glissant, Danielle Collobert, Catherine Mavri¬kakis, Hervé Guibert et Hilda Hilst.Cahiers Artaud n°2 , octobre 2015
« Douze chutes d'un film à refaire », p. 263-267

+

Patrick NEE

Professeur de Littérature française à l’Université de Poitiers, il est spécialiste de la poésie des XIXe et XXe siècles. Ses nombreux ouvrages et articles concernent divers acteurs du surréalisme ou ses entours (Reverdy, Breton, Éluard, Leiris, Limbour, Gracq, Michaux…), ou touchent à la problématique de l’Ailleurs. Il est coéditeur des Œuvres poétiques d’Yves Bonnefoy dans la « Bibliothèque de la Pléiade » des éditions Gallimard.Cahiers Aragon n°1 , juin 2015
« Aragon/Breton : une correspondance passionnelle »
p. 43-81

+

Frédéric NEYRAT

Philosophe français, anciennement directeur de programme au Collège international de philosophie, il est lecteur dans le département de Littérature Comparée de l'Université de Wisconsin-Madison (USA). Il est membre du comité de lecture des Cahiers Artaud.Cahiers Artaud n°1, octobre 2013
« Il n’y va pas par quatre chemins, Antonin Artaud… », p. 57

+

Bernard NOËL

Poète, romancier et essayiste. Il est membre du comité de parrainage des Cahiers Artaud et des Cahiers Laure.Cahiers Artaud n°1, octobre 2013
« Artaud le lalie », p. 22-24

+

Jovita Maria Gerheim NORONHA

Professeur à l’Universidade Federal de Juiz de Fora. Cahiers Leiris n°2 , novembre 2009
« Murilo Mendes lit Michel Leiris », p. 113-128