Cahiers ARTAUD

« Jusqu’à un certain point, je fis bientôt la connaissance d’Antonin Artaud. Je le rencontrai avec Fraenkel dans une brasserie de la rue Pigalle : il était beau, efflanqué, sombre ; il avait assez d’argent, que lui rapportait le théâtre, mais il n’en avait pas moins l’air famélique ; il ne riait pas, il n’était jamais puéril, et bien qu’il parlât peu, il y avait quelque chose de pathétiquement éloquent dans le silence un peu grave et terriblement agacé qu’il observait. Il était calme : cette éloquence muette n’était pas convulsive, elle était triste, au contraire, abattue, intérieurement rongée. Il ressemblait à un rapace trapu, de plumage poussiéreux, ramassé au moment de prendre son envol, mais figé dans cette position. »

Georges BATAILLE, le Surréalisme au jour le jour

COMITÉ DE PARRAINAGE
Virginie DI RICCI
Bernard NOËL
Jacob ROGOZINSKI
Michel SURYA
COMITÉ DE LECTURE
Véronique BERGEN
Camille DUMOULIÉ
Alain JUGNON
Frédéric NEYRAT
DIRECTION DE RÉDACTION
Alain JUGNON
DIRECTION DE PUBLICATION
Jean-Sébastien GALLAIRE